Dernière heureRap Français

Découvre sur la ZONE le nouvel album de Vald «Ce monde est cruel»

La cruauté du monde selon Vald / Article signé par Antoine Latreille

Après “Agartha” paru en 2017 et “Xeu” paru en 2018, Vald poursuit sur sa lancée avec son nouvel album “Ce Monde Est Cruel” disponible partout depuis le 11 octobre dernier. En pleine période promotionnelle, les choses semblent bien se dérouler pour le rappeur, après avoir écoulé plus de 12 000 exemplaires de son album en prévente et battu le record de durée de freestyle à l’émission de radio “Planète Rap”. Plusieurs dates de concert sont à prévoir incluant celle du 16 novembre à Paris au AccorHotels Arena.

Journal Perso 2, premier vidéoclip extrait de l’album cumulant au-dessus de 3,5 millions de vues sur les plateformes de streaming à ce jour nous offre une belle entrée sur l’univers de l’album.

Vald maîtrise l’art de réinventer la manière d’aborder des sujets déjà surexploiter

Toujours très ironique, le rappeur du 93 s’est un peu éloigné du coter comique de son personnage. Vald nous livre ses constatations sur le fonctionnement de notre société tel qu’il la voit. Produit en majorité par le beatmaker Seezy et n’invitant que très peu de rappeurs à collaborer avec lui, on a le droit à un projet un peu plus sombre que les précédents.

Toutefois très bien ficelée, la ligne directrice est nette et précise tout au long des 16 titres, le monde est cruel. Venues ajouter leur grain de sel dans un océan de rime, de flow et de punch, les rappeurs SCH, Maes et Suikon Blaz Ad se sont bien adaptés à l’univers et les thématiques mises en place par le représentant d’Aulnay Sous-Bois.

Maîtrisant l’art de réinventer la manière d’aborder des sujets déjà surexploiter comme il le démontre sur le morceau «Pensionman» l’artiste de 27 ans sera en mesure de vous surprendre sans aucun doute.

Vald ne veut pas être celui qui parle pour ne rien dire!

Vald est conscient de son habileté à divertir. Il comprend le rôle des auteurs, des musiciens, des acteurs qui se doivent de divertir la population. De nous libérer de nos quotidiens, de nous inspirer et de nous faire rêver. Il considère cependant qu’il est de son devoir d’avoir du contenu et de ne pas sombrer dans des textes vides de sens.

Il ne veut pas être de ceux qui parlent pour ne rien dire. Il réussit de mieux en mieux à fusionner ces deux aspects sur cet album qui vous fera autant danser que réfléchir. Tantôt drôle, tantôt sérieux, parfois mélancolique où dans un moment de délire, les diverses facettes de son œuvre sauront satisfaire tous les goûts.

Vald nous offre un excellent album, un nouvel opus qui a été très bien reçu par ses fans.. On peut s’attendre à ce que le rappeur reste actif dans les prochaines semaines. «Ce Monde Est Cruel» disponible partout.

Mes « bars » coup de cœur / Vald – Ce Monde est Cruel

“Si l’mauvais sort cogne à la porte, j’ouvre la fenêtre et je m’en sors”.

Vald – Ce Monde est Cruel / Keskivonfer

Un champ lexical et des homophones, rien de trop compliqué, mais tellement efficace. Une belle manière pour le rappeur d’expliquer que, peu importe les obstacles qu’il rencontre et les malheurs qui pourraient lui tomber dessus, il trouvera toujours une issue.

“À force de l’lire j’fini par croire qu’à force de l’dire j’fini par l’être”.

Vald – Ce Monde est Cruel / No Friends

En quelques mots, il réussit à vulgariser le rapport cause à effet entre le bombardement de publicité et de fausses nouvelles et les habitudes de vie et les comportements de la population.

“Tout c’que j’ai fait pour en faire, j’suis fait pour en faire”.

Vald – Ce Monde est Cruel / Dernier retrait ft. SCH

On peut voir cette phrase de deux manières différentes. La première, malgré les sacrifices nécessaires pour y parvenir, il veut une vie de riche et considère être fait pour ça. La deuxième, il est conscient du conditionnement et de la pression que le système exerce sur nous dès le plus jeune âge pour qu’on devienne des membres rentables de la société aux yeux des patrons et des dirigeants.

Et toi.. quelles sont tes coups de cœur de l’album ?

Bouton retour en haut de la page
Fermer